Non c'est non de Dïana Bélice

Non c'est non de Dïana Bélice

Éditions : Édition de Mortagne

Parution : 2016

336 pages

À propos de l'auteur : Avec ses romans de la collection Tabou, Dïana Bélice compte aider sa clientèle, en couchant sur papier ses pires souffrances afin de les faire connaître au monde entier.

Un mot sur la couverture

Je la trouve très explicite et malgré tout sobre. Sans lire le résumé du livre, on comprend tout de suite de quoi il va parler.

Quatrième de couverture

Oui. Non. Le dictionnaire est assez clair sur la définition des deux termes.

Oui : exprime une réponse positive à une interrogation.

Non : préfixe exprimant la négation, le contraire, le REFUS.

C’est ce que j’ai tenté de faire comprendre à Zackary, ce soir-là. Que je ne voulais pas. Même que je lui ai crié. NON ! Mais pour lui, ma réponse ne voulait rien dire.

Et maintenant, je ne suis plus que l’ombre de moi-même.

L’agression sexuelle est l’acte criminel le moins signalé à la police. Pourquoi ? Parce que la honte et la peur accablent la victime. Parce que la victime doit, en plus, faire face aux préjugés véhiculés par la culture du viol. Encore de nos jours, ce concept nous dicte « de ne pas sortir seule le soir, sinon on cherche le trouble », « de ne pas s’habiller sexy, parce qu’on provoque les hommes », « de ne pas embrasser si on n’est pas prête à aller jusqu’au bout », « de ne pas dire non après avoir dit oui ».

Dans notre société dite évoluée, le fardeau de la preuve appartient toujours à la victime, non à l’agresseur. Il est primordial d’éduquer nos jeunes et de faire changer la honte de camp.

Plutôt que d’enseigner à nos filles quoi faire pour ne pas être violées, apprenons à nos fils à ne pas violer.

Mon avis

Emma et Laurie, 17 ans, viennent de terminer leur secondaire et s'apprêtent à travailler dans un camp de vacance pour enfants âgés de neuf à douze ans, qui viennent de familles défavorisées et de quartiers à fort taux de criminalité.

Là-bas, Emma craque sur le beau Zack, superviseur du camp. Une fille la met en garde, car c'est un coureur de jupon et quand il veut quelque chose, il fait tout pour l'avoir. Emma n'en tient pas compte et elle va s'en mordre les doigts quelques jours plus tard.

J'avais déjà eu envie de découvrir la collection Tabou des Éditions de Mortagne, c'est pourquoi j'ai sauté sur l'occasion quand ce livre m'a été proposé par les Communications Julie Lamoureux.

Chacun des livres de cette collection reprend un sujet tabou, dont le nom de la collection. Non c'est non parle du viol et de la signification du mot NON.

J'ai été bluffée par le réalisme du témoignage d'Emma. Ce livre est extrêmement bien écrit. On y ressent les émotions d'Emma, on a du mal à comprendre la réaction de certaines personnes de son entourage. Quelques chapitres sont également consacrés au violeur après son arrestation.

Non c'est non est un livre touchant qui montre l'importance d'éduquer nos enfants dans le respect de l'autre. Si une personne dit non, c'est que ça veut dire non et pas autre chose même si au départ, elle était consentante, cette personne a le droit de changer d'avis et son choix doit être respecté.

Ce que j'ai également aimé dans ce livre, c'est qu'il comprenne un dossier d'information et des ressources réalisé par des professionnels dans ce domaine. C'est un outil très utile qui pourra aider des personnes touchées de près ou de loin par le viol.

Le petit +

Le site de l'auteure

Sa page Facebook

Je remercie les Éditions De Mortagne
pour ce partenariat.

 

Non c'est non de Dïana Bélice
Personnaly © 2014 -  Hébergé par Overblog